… L’été avec impatience

Alors oui, j’aime la France, qui est vite devenue autant mon pays que l’Italie. Sa capitale aura mis moins de temps à me séduire que j’en ai mis pour succomber à mon néanmoins très charmant Francesco. Parigi, rien que de le dire, c’est joli…
Mais, car il y a un mais, s’il y a bien une chose qui manque à cette ville, c’est le soleil. A l’heure où je vous parle, un très timide rayon de soleil est coincé entre deux immeubles, et j’ai bien l’impression qu’il me nargue. Certes, l’hiver n’a pas été rude, mais la vie est tellement plus légère une lumière qui vous rendrait presque aveugle … Enfin, n’exagérons rien, aucun risque pour les yeux des Parisiens, à croire qu’ils ont toujours une paire de lunettes de soleil sur eux « au cas où » !

• • •

… Garder ses aprioris

Buongiorno tutti ! Aujourd’hui je voudrais vous raconter une expérience incroyable que j’ai eu l’occasion de vivre grâce à Blablacar, eh oui, vous avez bien lu ! Moi qui ne suis guère habituée à ce genre de sites que je qualifie de « sites de débrouille », j’ai eu l’opportunité de découvrir à quel point ils peuvent être utiles. Il y a deux semaines, pour son travail mon mari a été envoyé à Ferrare dans le nord de l’Italie, en Emilie Romagne. Ferrare c’est une très jolie ville médiévale avec un château splendide, un centre historique pittoresque et d’incroyables murailles. Mais bon, ça reste une ville relativement minuscule où il n’y a pas grand-chose à faire. Cette semaine de séminaire tombait pendant ma semaine de congé.

• • •

… Découvrir des spécialités culinaires «exotiques»

Vous le saviez, vous que le Venezuela est réputé dans toute l’Amérique latine pour sa gastronomie ? Pour ma part quand on me parle de Venezuela les deux choses qui me viennent en tête sont les paysages idylliques que l’on voit parfois à la télévision, dans les émissions de voyage, et malheureusement la criminalité. Comme la Colombie et tant d’autres pays d’Afrique et d’Amérique du Sud, le Venezuela fait ainsi partie de ces endroits caractérisés par un véritable paradoxe : d’une part une terre sublime avec des paysages incroyables et une richesse culturelle et humaine inouïes, et d’autre part tant de problèmes que, depuis notre petit cocon européen, nous ne soupçonnons pas : corruption, délinquance, criminalité, des mots qui nous font froid dans le dos mais qui représentent hélas le quotidien de tant de peuples…

• • •

…Qui aiment se faire chouchouter en période de stress

Bonjour à toutes, pardonnez-moi pour cette longue absence et période sans donner de nouvelles ni publier de nouveaux articles. Ces dernières semaines ont été plus que stressantes. Il est toujours difficile d’ « émerger » après les vacances de Noël. On parle souvent de baby-blues pour évoquer la nostalgie et la dépression que ressentent bien des mamans après avoir donné naissance à leur bout de chou. Si je n’ai pas encore eu à passer par cette étape, je suis en revanche tout à fait en mesure de comprendre ce sentiment et je m’amuse d’ailleurs souvent à le transposer aux vacances de Noël en parlant de « Xmas-blues ». En effet je vous ai déjà expliqué combien j’aime cette fête et l’impatience avec laquelle je l’attends chaque année : les retrouvailles en famille, les cadeaux que l’on s’offre, la magie de l’atmosphère, tout concorde à rendre cette période unique. Alors évidemment, quand elle s’achève c’est difficile de se remettre dans le bain et de retourner à son train-train quotidien.

• • •

…Laisser la météo me plomber le moral

S’il y a bien une chose qui a le don de mettre à rude épreuve ma bonne humeur pourtant d’ordinaire inébranlable, c’est les giboulées d’automne. Normalement, les giboulées c’est en mars mais je ne sais pas quel nom donner à une météo instable qui nous fait passer constamment du gris à la pluie battante en passant par la grêle et le soleil. A la limite, je crois que si je devais choisir, je préférerais encore un sale temps qui dure plusieurs jours. Au moins je saurais comment m’habiller et je ne serais pas obligée d’adopter la technique de l’oignon (vous savez, superposer les couches de vêtements et les enlever ou les remettre en fonction du bon vouloir de Mère météo). Je ne vous parle même pas des brushings que je m’évertue à faire et qui dégringolent en moins de deux dès qu’il pleut trois gouttes ou qu’il y a de l’humidité dans l’air. Trente minutes volées à mon précieux sommeil envolées pour rien !

• • •

… Les gens qui ne se renseignent pas avant de prendre des grandes décisions

C’est officiel, Charlène mon amie d’enfance est enceinte, et comme elle ne fait jamais les choses à moitié, elle et son mari attendent deux jumeaux ! Un choc pour ce couple qui essayait depuis des années d’avoir des enfants. On en a parlé des dizaines de fois avec Charlène, elle avait fini par se faire à l’idée de ne pas en avoir, non sans regret car c’était son rêve depuis toujours. Aussi, quand on a appris cette double future naissance, il a fallu arroser la nouvelle dignement. Et pour cela rien de tel qu’un bon restaurant entre amis. Nous étions six et nous avons trinqué au bonheur des futurs parents. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, nous avons appris à cette occasion que Charlène et son mari prévoyaient de déménager et de troquer leur petit appartement contre une grande maison familiale.

• • •

…Fêter Noël en famille !!!

Le titre n’est pas exact : je n’aime pas fêter Noël en famille, j’adore ça ! Littéralement ! Je sais, cela peut paraître un peu puéril, un peu naïf, mais encore à mon âge, quand je vois les premières décorations de Noël dans les rues, quand je sens l’odeur des sapins en passant devant un fleuriste, quand je vois les vitrines des magasins se revêtir de lumières qui clignotent joyeusement égayant les froides nuits d’hiver, ça me met le cœur en fête, exactement comme lorsque j’étais une petite fille. Francesco se moque souvent de moi à ce sujet, chaque année il me taquine quand il me voit commencer à réfléchir au menu du réveillon et à l’emplacement du sapin plus d’un mois à l’avance, mais je sais que dans le fond, il est aussi impatient que moi. Vous savez, dans les familles italiennes, Noël a vraiment une saveur particulière, et en ce qui me concerne, cela n’a rien à voir avec la religion.

• • •

… Les gens qui polluent la toile avec des informations insignifiantes

Internet, je l’ai découvert tard. Je ne suis pas de la génération Z mais de la « Y ». Vous savez, celle qui n’a pas grandi avec le Web déjà diffusé dans tous les foyers. On a appris à l’apprivoiser, nous.  Au début, j’étais réticente car je trouvais que c’était la porte ouverte à tout et n’importe quoi :  un tas d’informations non vérifiées, des gens qui se lâchent sous couvert d’une identité virtuelle, des arnaques en tout genre. Quant aux réseaux sociaux, je les considérais davantage comme des sites de pur « voyeurisme » ou permettant l’étalage de vies privées, souvent peu intéressantes. A dire vrai, je le pense toujours, mais je sais aussi que c’est un monde (le web) qui permet une plus grande expression : de préférence celle qui a un but intelligent ou informatif. C’est dans cet intérêt que j’ai créé mon blog : faire partager des astuces ou des idées innovantes à qui voudra bien me lire. Je ne force personne, je donne simplement de nouvelles possibilités.

• • •